J’ai testé la linogravure!

Bonjour à tous,

J’ai testé il y a peu une nouvelle technique – la linogravure – et j’ai eu envie de vous partager mon ressenti. La linogravure, kesako? C’est une technique de gravure, comme la gravure sur bois, dans du linoléum.

Je suis plusieurs artistes qui pratiquent la linogravure dans des styles complètement différents, en voici quelques-uns en rafale si vous voulez aller voir leur travail: MarionRomain, Atelier_ellle, l’Atelier Tomso, Caroline Rieu, Coucou Président, Fabienne Muller ou encore Belette Print.

Pour me lancer, j’ai préféré acheter le kit de chez Essdee que j’ai trouvé au Géant des beaux-arts mais que vous pouvez retrouver très facilement sur internet. Le kit comprend des petites plaques de linoléum, un manche avec 5 gouges, un tampon, un rouleau, de l’encre, une palette à encrer et une protection pour les mains.

J’ai commencé par dessiner mon motif au crayon à papier sur une feuille, puis à le reproduire sur ma plaque de linoléum. Attention, lorsque vous dessinez ou choisissez votre dessin, pensez bien à ce que vous voulez en relief. En linogravure, les parties que vous creuserez avec les gouges seront celles où il n’y aura pas d’encre. À l’inverse, celles en relief accrocheront l’encre et seront visibles au moment de l’impression. Il faut donc y pensez lorsque vous faites votre dessin!

J’ai choisi de dessiner une méduse. J’ai fait un dessin assez simple pour commencer avec peu de détails pour pouvoir facilement m’entraîner avec les gouges. Je voulais donc que toute la méduse soit visible à l’impression, je devais donc creuser tout autour. J’ai également tracé quelques sillons pour ajouter un peu de relief et ne pas imprimer une grosse masse informe!

Une fois le dessin tracé, il fallait creuser! J’ai utilisé plusieurs gouges, de tailles différentes, en fonction des endroits où je creusais. J’ai par exemple dû utiliser une gouge plus fine autour des tentacules de la méduse. Et je me suis rendue compte de l’utilité de la protection pour les mains!ˆˆ Lorsque l’on débute en linogravure, il faut un petit temps d’adaptation pour maîtriser les gouges, ne pas les placer trop à la verticale ou ne pas utiliser trop de force, et parfois on dérape. Il vaut mieux que la lame de la gouge arrive sur la sécurité que sur les doigts!

Une fois la partie gravure finie, je suis passée à l’impression. Pour ça, j’ai mis un peu d’encre sur la palette et je l’ai étiré avec le rouleau. Il ne faut pas qu’il y ait trop d’encre sur le rouleau au risque de finir avec des pâtés d’encre à l’impression. Pensez donc à bien étirer l’encre pour qu’elle soit bien répartie sur le rouleau et passez là ensuite sur votre gravure.

Une fois votre plaque de lino encrée, posez la sur votre feuille et utilisez le tampon (cela s’appelle en réalité un baren) pour bien appuyer et transférer l’encre. Tadaaaaaa! Vous venez de réaliser votre première linogravure.

J’ai adoré tester cette technique! Et il est certain que ça n’est pas la dernière fois, j’ai très envie d’essayer de créer des motifs plus détaillés et plus complexes. Le kit est bien fait lorsque l’on veut débuter, il permet de tester plusieurs gouges et d’apprendre à les maîtriser. On atteint rapidement ses limites cependant, car on a vite envie d’avoir de « vraies » gouges en bois, sûrement plus confortables et durables. J’espère que cet article « j’ai testé » vous a plus, j’ai adoré l’écrire! Et qu’il vous a donné envie de vous mettre à la linogravure! 🙂

Les 3 essais réalisés avec la même linogravure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *